11/08/2018 : Communiqué de presse – Fausses captures d’écran

Nous remarquons qu’une capture d’écran circule actuellement sur Twitter, Facebook et des sites d’information mettant en cause un des fichiers que nous avons transmis. Sur cette capture d’écran apparaissent des mots surlignés qui feraient penser qu’il y aurait des personnes « gay », « lesbienne », « juifs ». Aucune de ces biographies n’est issue du fichier. Tout un chacun pourra le vérifier simplement en faisant une recherche dans les fichiers. Il pourra constater que :

  • Le nombre de tweets affichés sur la capture d’écran est impossible. Seules les personnes avec + de 200 tweets étaient rassemblées.
  • Les localisations ne faisaient pas partie des fichiers que nous avons transmis. Par ailleurs, nous nous étonnons d’une localisation « marié gay en prc »
Par ailleurs, nous rappelons que le premier fichier de 55 000 pseudonymes ne comprenait que les pseudonymes des personnes ayant tweeté sur le sujet et le nombre de tweets. Rien d’autre.
Nous regrettons vivement le climat de désinformation qui règne autour de cette affaire et rappelons que, conformément au RGPD, les personnes concernées peuvent faire valoir leur droits d’effacement légitimes en nous contactant par e-mail à droitdacces@disinfo.eu

We have noticed that a screenshot is currently circulating on Twitter, Facebook and news websites, supposedly related to one of the files we have inadvertently released. Highlighted on this screenshot are words like “gay”, “lesbian” or “Jewish”, suggesting these are descriptions of users stored in the file.

None of these supposed user bios are coming from any of our files. It can be easily verified by simply searching them.

A look at the actual files would further show that:

  • The number of tweets displayed on the screenshot doesn’t correspond to the actual files, as only users having produced more than 200 tweets were gathered.
  • The user locations were not part of the files we released.

Moreover, we remind that the first file, with 55,000 user handles, only included the handles of the users who tweeted on the subject and the number of tweets and retweets they produced. Nothing else.

We deeply regret the climate of misinformation that is prevalent around this case and remind that, as required by GDPR, the persons concerned can assert their legitimate rights to erasion by sending us an email at droitdacces@disinfo.eu